Faite une recherche ...

Faite une recherche parmi les documents (items) en utilisant au choix, le champs "tout en un" qui cherchera votre mot dans toutes les parties décrivant un document, ou via le champ "Tag" (Mot-clef) - choix multiple possible, ou encore par l'initiale du début du titre.

Tag

Recherche tout en un

Titre A-Z

# a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Contact corporel et construction d'un lien thérapeutique intersubjectif

Maryse Doess

Publié dans "Bioenergetic Analysis - The Clinical Journal of the International institute for Bioenergetic Analysis", Vol. 14, Numéro 1, Printemps 2004 ©

Publié dans la revue francophone "Le corps et l'analyse", Vo. 5, numéro 2, Automne 2004 ©

Lien_intersubjectif_Couv.jpgIl y a quelques années, je m'étais questionnée quant à certaines prises de position relatives au « toucher » en psychothérapie, l'encouragement ou la réprobation, voire l'interdit dont il était frappé, pour des raisons théoriques ou culturelles. J'ai l'occasion, vingt ans plus tard, en me fondant sur mon expérience clinique, d'énoncer mon propre point de vue, et de montrer que le toucher est indispensable pour la construction du lien intersubjectif.

Depuis que je travaille comme analyste bioénergéticienne, j'ai toujours utilisé le toucher comme un outil central, me basant sur ma compréhension du processus thérapeutique et de sa finalité, ou me basant sur mon intuition et ma sensibilité empathique. Mon abord du processus thérapeutique en pratique psychocorporelle inclut naturellement le contact physique. Cette position du soin au travers du toucher n'est pas sans rappeler l'attitude du parent qui fournit cette réassurance à son enfant.

Les recherches de ces vingt dernières années concernant le développement des très jeunes enfants me semblent avoir considérablement influencé les méthodes de travail des thérapeutes, et la mienne en particulier, par l'importance accordée à la construction du lien intersubjectif avec un patient. Cette construction émerge des échanges visuels, des contacts corporels et des interactions physiques, dans un profond respect de l'autre.
Selon les circonstances, je touche mes patients, je les prends dans mes bras, je les regarde de très près, je joue avec eux, et je constate progressivement que ma propre sécurité et confiance intérieures créent des conditions favorables pour que se développent leur sécurité et confiance personnelles.

Pour en savoir plus, téléchargez l'intégralité de cet article en PDF :

Back to top